Des élèves libérés contre rançon au Nigeria

plus de 2 an(s)

Description

Des élèves ont été libérés par des hommes armés, dans le Nord du Nigeria, après le paiement d’une rançon. Les ravisseurs n’ont pas respecté leur engagement de libérer 21 élèves comme convenu dans les clauses.

Ouf de soulagement chez certains parents d’élèves nigérians dont les enfants ont pu être libérés, samedi 18 septembre dernier, par leurs ravisseurs. Ils faisaient partie des quelque 120 élèves kidnappés le 5 juillet dernier par des hommes armés, qui avaient pris d’assaut l’école secondaire Bath Baptist à Damishi, dans l’État de Kaduna.

Le révérend John Hyab, responsable de l’association chrétienne locale, a déclaré à l’agence Associated Press que « les ravisseurs ont récupéré l’argent il y a trois jours, et les étudiants libérés sont retournés chez leurs parents samedi soir », ajoutant qu’il était question de libérer 21 élèves et que les ravisseurs ont violé les clauses en retenant onze autres élèves, alors que leur rançon a été payée.

Ces élèves font partie d’un groupe de 120, qui avait été kidnappé à la suite de l’assaut lancé le 5 juillet dernier, par des hommes armés contre l’école secondaire Bath Baptist à Damishi, dans l’État de Kaduna. Entretemps, certains d’entre eux avaient été libérés, notamment 28 élèves, fin juillet. Outre ces élèves de l’Etat de Kaduna, beaucoup d’autres sont encore en captivité.

D’ailleurs, l’UNICEF (Fonds des Nations Unies pour l’enfance UNICEF), à travers son représentant au Nigéria, Peter Hawkins, a précisé qu’environ « 1 400 enfants ont été enlevés dans leurs écoles, et environ 200 d’entre eux sont toujours en détention », « au cours de l’année écoulée », ajoutant que 16 autres ont perdu la vie au cours de d’attaques menées contre les établissements scolaires.

Faisant le point sur la situation au Nigeria, notamment à l’approche de l’ouverture des classes, l’UNICEF, au cours d’une conférence de presse tenue jeudi, a indiqué que l’insécurité a nourri la peur chez au moins un million d’enfants, qui craignent de retourner dans leurs écoles.

 

 

 

 

 

 

 

°Source: Afrik.com

Articles associés

Des dizaines de migrantes maliennes débarquent régulièrement et s’installent légalement à Nouakchott. Originaires de certaines régions du nord Mali d’ethnie bobo pour la plupart, ces maliennes arrivent à travers un réseau bien structuré mais surtout
La Mauritanie a officiellement accepté d’assurer la présidence tournante de l’Union africaine (UA) en 2024 ce samedi 17 février, lors de la cérémonie d’ouverture du 37ème sommet ordinaire de l’UA. La décision pour succéder aux Comores a été prise à l
Le Forum des Organisations de Solidarité Internationale issues des Migrations (FORIM) et le Réseau des Associations Mauritaniennes en Europe (RAME) ont organisé le 15 février 2024 à Nouakchott une journée d'échanges multi-acteurs. Cette rencontre a r
Dans un geste largement interprété comme une victoire diplomatique pour le Maroc, la récente décision de la Mauritanie d’inclure dans ses manuels scolaires une carte montrant le Sahara comme partie intégrante du Royaume du Maroc a été accueillie avec
Le rassemblement général de la Communauté mauritanienne au Canada (CMC) s’est réuni le 3 septembre 2023, au 6570 chemin de la Côte- des-Neiges, Montréal, Québec. Cette assemblée avait pour but de discuter des manquements dans la gouvernance de l’anci
La Commission des Droits de l’Homme et les différents acteurs concernés, lorsqu’ils évoquent l’arsenal juridique national pour endiguer l’esclavage et ses séquelles, lors de leurs sorties médiatiques à diverses occasions, devraient faire preuve d’app
Diffuser des textes criminalisant et punissant l’esclavage, la traite des êtres humains, le trafic illicite de migrants et le travail des enfants, Adapter minutieusement les faits pertinents, Prendre les mesures nécessaires pour poursuivre les auteur
La création d'une monnaie commune n'a pas été officiellement annoncée, mais les dirigeants des pays de l'Alliance des États du Sahel n'hésitent plus à en faire un objectif affiché. Quelles en seraient les conditions ? Le général Abdourahmane Tiani, c
Future Afrique - C’est un véritable recul dans le domaine des lois nationales et des conventions internationales sur les droits humains qui se dessine à travers les évènements en cours dans la Moughataa de R’Kiz au Trarza, où la paysannerie harratine

En direct

Suivez en direct l'actualité

Comments: