Procès Souvi : le parquet requiert la peine de mort contre quatre inculpés

plus de 2 mois

Description

Le Parquet général près du tribunal pénal relevant de Nouakchott Nord a requis la peine de mort contre quatre des accusés dans le meurtre de l’activiste des droits de l’homme Soufi Ould Cheine, tué il y a un an dans l’un des commissariats de police de la capitale.

Les inculpés contre lesquels la peine de mort a été requise sont le commissaire de police Mokhtar Isselmou Sidou, le brigadier Limam Hamed Limam, en plus des deux agents de police Lehbib Ahmedou Ahmedou et El Hacen Hamada Soueidi.

Les requetés dudit Parquet ont porté demandé l’emprisonnement ferme pendant 5 ans du brigadier Amar Ivekou et l’agent Abdellahi El Bane.

Trois ans d'emprisonnement ont été aussi requis contre le brigadier Ahmedou Mohamed Ahmzed et l’auteur de la plainte contre le défunt Abou Demba Ba.

L'assassinat de Souvi Ould Cheine dans un commissariat de police avait horrifié l’opinion et provoqué des protestations qui se sont poursuivies pendant plusieurs jours exigeant que justice soit faite.

Articles associés

Souvi Ould cheine avait été torturé et assasiné dans un commissariat par 4 policiers. Ce meurtre avait suscité des mécontentements et manifestations en Mauritanie. Le 19 mars 2024, le tribunal de Nouakchott Nord a prononcé des condamnations dans le c
Le collectif de défense de feu et activiste des droits de l’homme, Soufi Ould Cheine a réclamé au tribunal pénal près de la Wilaya de Nouakchott Nord, de faire tout ce qui est nécessaire pour mettre au grand jour toute la lumière sur le présumé meurt
Le Forum des Organisations de Solidarité Internationale issues des Migrations (FORIM) et le Réseau des Associations Mauritaniennes en Europe (RAME) ont organisé le 15 février 2024 à Nouakchott une journée d'échanges multi-acteurs. Cette rencontre a r
Le rassemblement général de la Communauté mauritanienne au Canada (CMC) s’est réuni le 3 septembre 2023, au 6570 chemin de la Côte- des-Neiges, Montréal, Québec. Cette assemblée avait pour but de discuter des manquements dans la gouvernance de l’anci
La Commission des Droits de l’Homme et les différents acteurs concernés, lorsqu’ils évoquent l’arsenal juridique national pour endiguer l’esclavage et ses séquelles, lors de leurs sorties médiatiques à diverses occasions, devraient faire preuve d’app
Diffuser des textes criminalisant et punissant l’esclavage, la traite des êtres humains, le trafic illicite de migrants et le travail des enfants, Adapter minutieusement les faits pertinents, Prendre les mesures nécessaires pour poursuivre les auteur
Future Afrique - C’est un véritable recul dans le domaine des lois nationales et des conventions internationales sur les droits humains qui se dessine à travers les évènements en cours dans la Moughataa de R’Kiz au Trarza, où la paysannerie harratine
Le procureur général près la Cour suprême, M. Sidi Mohamed Ould Mohamed Lemine, a effectué mercredi une visite d’information au parquet de Nouadhibou et aux greffes qui en relèvent ainsi qu’à la prison civile de la ville. Dans une déclaration à cette
RFI Afrique - Trois ans de prison dont deux avec sursis et 150 000 euros d’amende ont été requis ce 1er février 2024 à Paris contre Pascaline Bongo, fille du défunt chef de l’État gabonais Omar Bongo et sœur de l’ex-président du même pays, Ali Bongo.
Les autorités mauritaniennes dans la wilaya du Hodh Chargui ont lancé un projet destiné au secteur de la justice fiancé par l’agence française de développement pour une enveloppe de 6,5 millions d’euros et une participation de l’état mauritanien pour

En direct

Suivez en direct l'actualité