Les femmes afghanes pourront étudier… mais pas avec les hommes

plus de 2 an(s)

Description

Les talibans laisseront les femmes qui le désirent étudier à l’université, mais mettront fin à la mixité dans ces établissements car celle-ci est «contraire à l’islam».

 

«Nos combattants ont assumé leurs responsabilités» en reprenant le pouvoir, a déclaré Abdul Baqui Haqqani lors d’une conférence de presse à Kaboul, avant de souligner l’importance du système universitaire, alors que l’Occident accuse les talibans de vouloir négliger l’éducation. «Désormais la responsabilité de la reconstruction du pays repose sur les universités. Et nous avons de l’espoir, car le nombre d’universités a largement augmenté» par rapport à l’époque du premier régime taliban (1996-2001), a-t-il souligné.

 

«Cela nous rend optimiste pour l’avenir, pour bâtir un Afghanistan prospère et autonome (…) Nous devons faire bon usage de ces universités», et «reprendrons là où elles ont été laissées» par le gouvernement renversé à la mi-août, a-t-il ajouté. Il a également confirmé que le gouvernement allait mettre fin à la mixité des cours permise jusqu’ici dans les universités.

 

Port du voile intégral

 

«Cela ne nous pose aucun problème. Les gens sont musulmans, et ils l’accepteront. Nous avons décidé de séparer (les hommes et les femmes) car la mixité est contraire aux principes de l’islam et à nos traditions», a-t-il affirmé. Selon lui, la mixité a été imposée par le gouvernement pro-occidental de ces 20 dernières années alors que des universités réclamaient, elles, un enseignement séparé.

Le nouveau gouvernement taliban avait annoncé la semaine dernière qu’il allait permettre aux femmes d’étudier à l’université, sous de strictes conditions, notamment vestimentaires (port de voile intégral) et de séparation des hommes et femmes, dans des classes séparées ou par un rideau dans les cours où les femmes sont peu nombreuses.

Cette annonce nourrit l’inquiétude de certaines universités, qui affirment qu’elles n’auront pas les moyens matériels et financiers de s’adapter à la non-mixité, et que cela pourrait encourager les étudiants, habitués à la mixité, à quitter le pays pour aller étudier ailleurs.

 

Elle préoccupe aussi l’Unesco qui a estimé vendredi que les «immenses» progrès accomplis depuis 2001 en matière d’éducation en Afghanistan étaient en «danger» avec les talibans, alertant sur les risques d’une «catastrophe générationnelle» qui pourrait affecter le développement du pays «pour des années».

 

 

 

 

 

°Source :

Articles associés

Le Forum des Organisations de Solidarité Internationale issues des Migrations (FORIM) et le Réseau des Associations Mauritaniennes en Europe (RAME) ont organisé le 15 février 2024 à Nouakchott une journée d'échanges multi-acteurs. Cette rencontre a r
Le rassemblement général de la Communauté mauritanienne au Canada (CMC) s’est réuni le 3 septembre 2023, au 6570 chemin de la Côte- des-Neiges, Montréal, Québec. Cette assemblée avait pour but de discuter des manquements dans la gouvernance de l’anci
La Commission des Droits de l’Homme et les différents acteurs concernés, lorsqu’ils évoquent l’arsenal juridique national pour endiguer l’esclavage et ses séquelles, lors de leurs sorties médiatiques à diverses occasions, devraient faire preuve d’app
Diffuser des textes criminalisant et punissant l’esclavage, la traite des êtres humains, le trafic illicite de migrants et le travail des enfants, Adapter minutieusement les faits pertinents, Prendre les mesures nécessaires pour poursuivre les auteur
Future Afrique - C’est un véritable recul dans le domaine des lois nationales et des conventions internationales sur les droits humains qui se dessine à travers les évènements en cours dans la Moughataa de R’Kiz au Trarza, où la paysannerie harratine
Le procureur général près la Cour suprême, M. Sidi Mohamed Ould Mohamed Lemine, a effectué mercredi une visite d’information au parquet de Nouadhibou et aux greffes qui en relèvent ainsi qu’à la prison civile de la ville. Dans une déclaration à cette
RFI Afrique - Trois ans de prison dont deux avec sursis et 150 000 euros d’amende ont été requis ce 1er février 2024 à Paris contre Pascaline Bongo, fille du défunt chef de l’État gabonais Omar Bongo et sœur de l’ex-président du même pays, Ali Bongo.
Le 31 juillet 2023, après le coup d'état militaire au Niger, la CEDEA a fait une déclaration où il donne un ultimatum de 7 jours aux forces putchistes dirigé par le génaral Abdourahmane Tiani de liberer l'ex président Mohamed Bazoum et de restaurer l
Les mouvements de défense des droits de l'homme que sont : Touche Pas à Ma Nationalité et Mouvement Min Njabaani, qui ont toujours dénoncé le caractère raciste et discriminatoire de l’enrôlement biométrique initié en 2011 sous le régime de Mohamed Ou

En direct

Suivez en direct l'actualité