Envoyer de l'argent à vos proches en Mauritanie avec Diaango MONEY
plus de 6 mois

Sida : il est urgent d’enrayer la pandémie après la découverte d’un nouveau variant du VIH, selon l'ONUSIDA


ONU Info - La découverte aux Pays-Bas d’un variant du VIH/sida plus virulent et plus contagieux prouve l’urgence « d’enrayer la pandémie et d’assurer le dépistage et le traitement de tous les malades », a indiqué lundi le Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA), rappelant que près 10 millions de personnes vivant avec le VIH ne sont toujours pas sous traitement antirétroviral.

Selon les résultats de l’étude jeudi dernier dans la revue en ligne Science, ce variant s’est répandu aux Pays-Bas dans les années 1990 et 2000 avant de commencer à décliner en 2010 grâce aux programmes de détection et de traitement en cours.

« Les personnes vivant avec ce variant connaissent un taux de déclin du système immunitaire (nombre de CD4) deux fois plus élevé », a précisé l’ONUSIDA.

Selon l’agence onusienne, les personnes atteintes par ce variant du VIH ont une charge virale du VIH plus importante. Elles sont vulnérables au développement du sida deux à trois fois plus rapidement après le diagnostic que si elles vivaient avec d’autres souches du virus.

L’étude, menée par des chercheurs du Big Data Institute de l’Université d’Oxford, a été la première à découvrir le sous-type B du virus. L’étude a également révélé que le variant VB détruit deux fois plus vite les globules blancs, véritable clé du système immunitaire.

Mais que les traitements habituellement préconisés (antirétroviraux) combattent de manière tout aussi efficace. « Le variant reste réceptif au traitement du VIH », a fait valoir l’ONUSIDA.

1,5 million de personnes nouvellement infectées par le VIH en 2020

Plus largement, ce variant nouvellement identifié ne représente pas une menace majeure pour la santé publique mais souligne l’urgence d’accélérer les efforts pour enrayer la pandémie de VIH.

« Nous devons de toute urgence déployer des innovations médicales de pointe de manière à atteindre les communautés qui en ont le plus besoin. Qu’il s’agisse du traitement du VIH ou des vaccins contre la Covid-19, les inégalités d’accès perpétuent les pandémies d’une manière qui nous nuit à tous », a déclaré dans un communiqué Eamonn Murphy, Directeur exécutif adjoint par intérim de l’ONUSIDA.

« Dix millions de personnes vivant avec le VIH dans le monde ne sont pas encore sous traitement, ce qui alimente la propagation continue du virus et le potentiel de nouvelles variantes », a-t-il ajouté.

Le VIH reste la pandémie la plus meurtrière de notre époque. L’ONU estime que 79 millions de personnes ont été infectées par le virus, pour lequel il n’existe toujours pas de vaccin ni de traitement.

Quelque 36 millions de personnes sont mortes de maladies liées au sida depuis le début de la pandémie et 1,5 million de personnes ont été nouvellement infectées par le VIH en 2020. Sur les 38 millions de personnes vivant avec le VIH aujourd’hui, 28 millions suivent un traitement antirétroviral salvateur, qui les maintient en vie et en bonne santé et empêche la transmission du virus.
 

Articles associés

Thaqafa - Une mission conjointe de l’Organisation Ouest-Africaine de la Santé (OOAS), du Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA) et du Projet Autonomisation des Femmes et Dividende Démographique au Sahel (SWEDD) a rencontré, jeudi 9 févrie
Saharamédias - Le ministère mauritanien de la santé a enregistré un cas de la fièvre hémorragique Congo-Crimée au début de ce mois de février selon une circulaire du ministère qui demande la vigilance et le renforcement des mesures dans tout le pays.
AMI - Le directeur général de la Santé publique, M. Mohamed Mahmoud Ould Ely Mahmoud, a rassuré, dimanche à Nouakchott, les populations à propos de la fièvre hémorragique dont deux cas ont été découverts récemment. Il a ajouté, dans une déclaration à
Le Matin - Selon l’OMS, il n’existe aucun vaccin contre la fièvre hémorragique Congo-Crimée, une maladie infectieuse dangereuse. Le ministère mauritanien de la Santé a annoncé, dimanche, avoir enregistré deux cas de fièvre hémorragique Congo-Crimée a
Saharamedias - Le ministre mauritanien de la santé Sidi O. Zahaf a révélé une augmentation de cancers dans le pays, en l’absence d’un plan clair pour la prévention et le diagnostic précoce de cette maladie. Le ministre qui s’exprimait à l’occasion de
Le sénégalais Abdou Salam Gueye, directeur régional des urgences de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) en Afrique, est en visite en Mauritanie. Ce jeudi, il a été reçu par le Premier ministre mauritanien, Mohamed Ould Bilal. Pour rappel, cet é
Saharamédias - Le ministère mauritanien du commerce, de l’industrie et du tourisme a révélé avoir saisi et incinéré 97 tonnes de produits dont la date de péremption a été atteinte sur tout le territoire mauritanien au cours du mois de janvier. La wil
Saharamedias - Le ministère mauritanien de la santé a reçu 424.800 doses du vaccin Johnson and Johnson anti coronavirus dans le cadre de l’initiative COVAX. Selon le ministère de la santé 244.000 de ces vaccins sont offerts par le royaume d’Espagne e
Alakhbar - L'homme d'affaires Abdel Baghi Ould Ahmed Bouha a été transféré de la prison à l'hôpital de cardiologie de Nouakchott, où il subira une opération de cathétérisme, ont confirmé des sources familiales. L’intéressé, qui est l'un des propriéta
Le Calame - On assiste à une montée fulgurante des cas de COVID et l’apparition du variant Omicron chez nous. Qu’est-ce qui justifie cette flambée ? -Dr Aounen Béchir : Oui effectivement à partir de la 50ème semaine épidémiologique, soit vers la fin

En direct

Suivez en direct l'actualité



Laisser un commentaire