Baisse des prix des légumes : «Pas de lien avec la hausse des droits de douane en Mauritanie», selon Mohammed Sadiki

Lun. 12/02/2024 11:51

Description

Le360afrique - Contrairement aux rumeurs, la baisse des prix des légumes sur le marché marocain ne peut en aucun cas être attribuée à la hausse des droits de douane en Mauritanie. Explications avec Mohammed Sadiki, ministre de l’Agriculture.

Lors de son passage à l’émission «Grand Format-Le360», Mohammed Sadiki, ministre de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et forêts, a réfuté tout lien entre la récente baisse des prix des légumes sur le marché local et l’augmentation des droits de douane sur certains produits marocains en Mauritanie.

Rappelant que les exportations annuelles de légumes du Maroc vers la Mauritanie oscillent entre 1.000 et 1.500 quintaux, le ministre a signalé qu’elles «n’ont jamais posé problème».

«La Mauritanie n’a pas interrompu ses importations de produits marocains, elle a simplement ajusté les droits de douane, ce qui a entraîné quelques retards logistiques. De plus, les exportations se poursuivent vers diverses destinations, y compris d’autres pays d’Afrique, d’Europe, ainsi que le Canada. La coïncidence entre cette situation et la baisse des prix au Maroc est simplement fortuite», a-t-il affirmé.

D’après Mohammed Sadiki, les exportations de légumes et de fruits ont été une constante tout au long de l’histoire du Maroc depuis son indépendance.

Explications: «L’agriculteur, en investissant, cherche à réaliser des bénéfices pour assurer la pérennité de son activité. Cependant, la priorité demeure toujours accordée au marché intérieur (...) Auparavant, la saison des tomates se limitait au printemps, et nous obtenions le produit en été. Grâce à des investissements dans des serres couvertes, nous sommes désormais en mesure de produire toute l’année.»

Pour le responsable gouvernemental, il est impératif de maintenir des prix stables sur le marché intérieur. L’exportation devient nécessaire lorsque l’offre excède la demande intérieure, comme dans le cas où un agriculteur produit 1.000 tonnes par hectare alors que le marché local n’a besoin que de 300 tonnes.

«Le bénéfice provenant de la vente sur le marché intérieur, combiné au prix de vente à l’étranger, assure la viabilité des investissements des producteurs.»

En cas d’insuffisance de la demande sur le marché intérieur, des discussions sont initiées avec les professionnels pour trouver des solutions. «Il faut savoir que l’interdiction pure et simple des exportations n’est pas envisageable, car cela pourrait décourager les agriculteurs de cultiver lors des saisons suivantes, ce qui pourrait entraîner des difficultés à long terme», a souligné notre invité.
 

Articles associés

Des dizaines de migrantes maliennes débarquent régulièrement et s’installent légalement à Nouakchott. Originaires de certaines régions du nord Mali d’ethnie bobo pour la plupart, ces maliennes arrivent à travers un réseau bien structuré mais surtout
La décision soudaine et urgente du Bureau de l'Assemblée nationale de lever l'immunité du député Biram Al-Dah Abid en réponse à la demande du pouvoir exécutif a choqué les Groupes parlementaires des partis d'opposition, car c'est une évolution danger
Mesdames et Messieurs, membres dévoués de l'Initiative des Jeunes pour l'Unité Nationale (IJUN), honorables invités, En cette journée exceptionnelle marquant le premier anniversaire de l'IJUN, je tiens à exprimer ma profonde gratitude envers chacun d
Le ministère des affaires islamiques et de l’enseignement originel a annoncé jeudi que l’enregistrement des candidats au pèlerinage 1445 hégire (2024) débutera lundi 19 février et se poursuivra jusqu’au 28 février 2024 dans toutes les moughatas du pa
Le comité d’organisation de la 48e Assemblée générale de la Fédération des sociétés d’assurances de droit national africaines (FANAF) faisait face, ce samedi matin, à la presse. Prévue du 18 au 22 février 2024 au Palais des Congrès de Nouakchott, cet
La Mauritanie a officiellement accepté d’assurer la présidence tournante de l’Union africaine (UA) en 2024 ce samedi 17 février, lors de la cérémonie d’ouverture du 37ème sommet ordinaire de l’UA. La décision pour succéder aux Comores a été prise à l
Biram Dah Abeid, député et leader de la mouvance anti-esclavagiste IRA, fait l’objet d’une plainte pour «diffamation» déposée le 13 février auprès du procureur de la République par le président de l’Union des forces de progrès (UFP). Cette confrontat
Certains agriculteurs marocains ont décidé d’investir en Mauritanie. Mais avec la vague de chaleur qui a sévi dans toute la région, les pastèques ont muri trop vite… Flairant le filon, et après les restrictions imposées au Maroc, certains agriculteur

En direct

Suivez en direct l'actualité