Chauffer son intérieur à 19°C peut-il représenter un risque pour la santé ?

plus de 1 an(s)

Description

En Suisse, certains médecins critiquent cette décision qui peut avoir des répercussions sur la santé des plus fragiles.

L'hiver s'annonce rude. Pour affronter la crise énergétique, la Première ministre Elisabeth Borne a demandé aux Français de ne pas chauffer leur foyer au-delà de 19°C. Si cette annonce affole les plus frileux, elle peut s'avérer pertinente pour la santé et le sommeil. L'Institut national du sommeil et de la vigilance rappelle qu'il est même recommandé de s'endormir à une température comprise en 16 et 18°C. "Une atmosphère trop chaude va contrarier la diminution de la température centrale et perturber l’endormissement et l’architecture du sommeil. Mieux vaut donc rafraîchir la chambre", souligne l'Institut. Quelques degrés de moins permet de faciliter la respiration et de favoriser le sommeil.

"Pour les pays au climat tempéré ou plus froid, 18°C a été proposé comme température intérieure sûre et équilibrée pour protéger la santé des populations générales pendant les saisons froides", souligne l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) dans des documents.

22 degrés pour les personnes âgées

En Suisse, nos confrères de 20 Minutes ont interrogé des médecins qui alertent sur les conséquences d'une température réglementée à 19°C. "Le froid entraîne une tension musculaire accrue en l’absence de mouvement", met en garde le médecin du travail Fotis Ispikoudis. Avant d'ajouter : "Si cela se prolonge, cela peut entraîner des douleurs dorsales et des irritations des tendons, voire des hernies discales. Pour les enfants aussi, 19 degrés peuvent être trop froids".

Pour les personnes âgées, il recommande une température intérieur de 22 degrés pour éviter d'accroître la sensibilité aux infections : "Comme le froid rétrécit les vaisseaux, le risque de maladies cardiovasculaires augmente également, surtout si les maladies existantes ne sont pas traitées correctement". Comme dans de nombreuses situations, tout dépend de la santé de chacun et de son niveau d'activité physique. Les risques ne sont pas les mêmes pour des étudiants en mouvement et pour des résidents en Ehpad.

Source: news.yahoo.fr

Articles associés

Le rassemblement général de la Communauté mauritanienne au Canada (CMC) s’est réuni le 3 septembre 2023, au 6570 chemin de la Côte- des-Neiges, Montréal, Québec. Cette assemblée avait pour but de discuter des manquements dans la gouvernance de l’anci
Après sa prise de fonction de Directeur du Parc National du Banc d’Arguin (PNBA), Mr. Nami Salihy, a entamé une visite de terrain du 28 janvier au 02 février 2024. Cette visite l’a conduite dans la Wilaya de Dakhlet Nouadhibou, où il a rencontré les
Les clubs roumains CFR 1907 Cluj et UTA Arad sont parvenus, ce mardi 13 février, à un accord sur le transfert du défenseur Aly Abeid (26 ans). Le défenseur international et capitaine des Mourabitoune, arrive à Gruia après une saison et demie passée à
Le ministère mauritanien de la santé a annoncé lundi avoir enregistré 60 infractions au niveau de 47 structures pharmaceutiques, lors d’inspections effectuées en janvier dernier qui ont concerné 78 pharmacies au Gorgol et au niveau des trois wilayas
La ministre de la Santé, Mme Naha Hamdi Mouknass, a supervisé, vendredi à Nouakchott, la signature d’une convention de partenariat entre le Conseil national du don, du prélèvement et du respect des organes et tissus humains, et le service de transpla
La direction des douanes mauritaniennes a annoncé l’interdiction de l’importation de tous les produits éclaircissants à cause du danger qu’ils représentent pour leurs utilisateurs. Dans une circulaire qu’elle a publié, la direction a dit qu’en applic
Après avoir vécu aux États-Unis pendant 17 années, la mauritanienne Khadija Faye est rentrée en Mauritanie pour mettre son expertise au service de son pays. Kinésithérapeute respiratoire de base, elle est aussi titulaire d’un Master en business admin
Taqadoumy - La Ministre de la Santé, Naha Mint Mouknass, a appelé les familles mauritaniennes à amener ses enfants, dont l’âge varie de 6 à 59 mois, dans les centres de campagne répartis sur tout le territoire national. C’est ce qui ressort aujourd’h

En direct

Suivez en direct l'actualité