Envoyer de l'argent à vos proches en Mauritanie avec Diaango MONEY
plus de 1 mois

Éthiopie : Amnesty accuse l'armée érythréenne de crimes de guerre au Tigré


Dans un rapport rendu public vendredi, l'ONG Amnesty International  accuse l'armée érythréenne d'avoir massacré "des centaines de civils" en novembre 2020 au Tigré, région nord de l'Éthiopie où elle combattait les rebelles au côté des forces nationales.

L'armée érythréenne accusée de crimes de guerre lors de son intervention au Tigré. Des soldats ont tué "des centaines de civils" en novembre 2020 dans cette région du nord de l'Éthiopie, frontalière avec l'Érythrée, lors d'un massacre qui pourrait constituer un crime contre l'humanité, affirme, vendredi 26 février, Amnesty International dans un rapport.

L'ONG base ses affirmations sur des témoignages de survivants - réfugiés au Soudan voisin ou joints par téléphone - et sur des images satellite de la ville d'Aksoum, une ville antique et sainte du nord du Tigré.

"Les preuves sont accablantes et mènent à une conclusion effrayante. Les troupes éthiopiennes et érythréennes ont commis de multiples crimes de guerre dans leur offensive pour prendre le contrôle d'Aksoum", déclare Deprose Muchena, directeur régional de l'ONG pour l'Est et le Sud de l'Afrique.

"Plus encore, les troupes érythréennes se sont déchaînées et ont méthodiquement tué des centaines de civils de sang-froid, ce qui semble constituer des crimes contre l'humanité. Cette atrocité compte parmi les pires documentées à ce jour dans ce conflit", estime-t-il.

Le Tigré est en proie aux combats depuis le lancement, le 4 novembre, par le gouvernement éthiopien d'une opération militaire contre les forces du Front de libération du Peuple du Tigré (TPLF), parti qui gouvernait la région et qu'Addis Abeba a accusé d'avoir attaqué des bases de l'armée fédérale.

Depuis le début du conflit il y a près de quatre mois, le Tigré n'a plus d'accès à Internet et les déplacements y sont toujours restreints, ce qui rend difficile la vérification des informations sur le terrain.

La présence de troupes venues d'Érythrée, pays frontalier du Tigré, pour épauler les forces éthiopiennes a été rapportée par des habitants, des travailleurs humanitaires et des responsables locaux, mais a toujours été démentie par Asmara et Addis Abeba.

Les deux pays se sont affrontés dans un sanglant conflit entre 1998 et 2000, alors que le TPLF était au pouvoir en Éthiopie, avant de se rapprocher à l'initiative d'Abiy Ahmed, récompensé du prix Nobel de la paix en 2019. La haine reste tenace entre les autorités érythréennes et le TPLF.

"Pillages et exécutions extrajudiciaires"

Selon 41 survivants et témoins interrogés par Amnesty, les troupes éthiopiennes et érythréennes ont pris le contrôle d'Aksoum le 19 novembre, "lors d'une vaste offensive, tuant et déplaçant les civils par des bombardements et des tirs indiscriminés".  

"Durant les neuf jours qui ont suivi, l'armée érythréenne s'est livrée à un pillage généralisé et à des exécutions extrajudiciaires", affirme Amnesty.

Les témoins ont identifié les Érythréens grâce à leurs véhicules, leur langue et des scarifications caractéristiques sur leurs visages. Certains ont même ouvertement affirmé leur nationalité.

Les pires violences ont été commises les 28 et 29 novembre, en représailles à une attaque menée par un groupe de miliciens pro-TPLF contre des militaires érythréens.  

Le 28 novembre vers 16 h, "les soldats érythréens sont entrés dans la ville et ont commencé à tuer des gens au hasard", a raconté un homme de 22 ans.

Selon les habitants, de nombreuses victimes ont été tuées alors qu'elles étaient sans arme et fuyaient.

"J'ai vu beaucoup de morts dans les rues. Même la famille de mon oncle. Six membres de sa famille ont été tués. Tellement de personnes ont été tuées", a confié un habitant âgé de 21 ans.

À la nuit tombée, "dans la rue, il n'y avait que des cadavres et des gens qui pleuraient", a raconté un autre survivant.

Le lendemain, les soldats auraient tiré sur ceux qui voulaient emporter les corps, et fouillé les maisons. Un homme a raconté avoir vu, devant chez lui, des soldats faire aligner six hommes, avant de les abattre par derrière.  

L'ONU "doit enquêter"

Amnesty dit avoir recensé les noms de plus de 240 victimes, sans toutefois pouvoir vérifier de manière indépendante ce bilan.  

Ce chiffre recoupe les témoignages des habitants qui "estiment que plusieurs centaines de personnes ont été enterrées après le massacre, et ils ont assisté à des funérailles dans plusieurs églises où des dizaines d'entre elles ont été enterrées", souligne Amnesty.

Des images satellite montrent des traces de fosses communes près de deux églises, selon l'ONG.

"Il doit y avoir de toute urgence une enquête de l'ONU sur les graves violations (des droits de l'Homme, NDLR) à Aksoum. Les personnes soupçonnées d'être responsables de crimes de guerre ou de crimes contre l'humanité doivent être poursuivies dans le cadre de procès équitables et les victimes et leurs familles doivent recevoir une réparation intégrale", déclare Deprose Muchena.

"Nous réitérons notre appel au gouvernement éthiopien pour qu'il accorde un accès complet et sans entrave à tout le Tigré aux organisations humanitaires, de défense des droits de l'homme et aux médias", a-t-il ajouté.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Source: France24

Articles associés

Les Maliens ont entamé le mois de ramadan mardi 13 avril. Si le pain était prisé les autres années durant le mois sacré, tel n’est plus le cas. Avec la rareté des ressources et cette période de Covid-19, le pain livré aux boutiquiers cherche preneur
L’administration Biden a annoncé vendredi qu’elle allait consacrer 1,7 milliard du plan de relance pour lutter contre les mutations génétiques du virus et améliorer la surveillance génomique. Même si de plus en plus d’Américains sont vaccinés contre
Le Qatar discute avec les producteurs de vaccins pour s’assurer que tous les supporters venant assister à la Coupe du monde de football qu’il va accueillir fin 2022 ont été vaccinés contre le Covid-19, a indiqué ce vendredi 16 avril le ministère des
Mardi dernier, c’est encore un panel d’experts de haut niveau qui a appelé, lors d’une conférence, l’actuelle administration américaine à soutenir les efforts du Maroc visant à résoudre le conflit du Sahara sur la base d’une solution politique fondée
C’est un seuil terrible. Depuis son arrivée en France à la fin du mois de janvier 2020, le Covid-19 serait responsable de près de 100.000 morts, selon le décompte réalisé par Santé Publique France qui comptabilisait 300 nouveaux décès ce jeudi. Mais
Jugés pour avoir perpétré, en 2004, un bombardement qui avait tué neuf soldats français à Bouaké, en Côte d’Ivoire, trois hommes ont été condamnés à la prison à perpétuité, jeudi 15 avril, par la cour d’assises de Paris. Ils n’étaient pas présents lo
Une commission du Congrès américain a adopté mercredi un projet de loi portant le principe d’une compensation financière pour réparer les méfaits de l’esclavage aux Etats-Unis, un premier vote historique dans un pays encore marqué par les discriminat
Le texte a été adopté par la commission des affaires judiciaires de la Chambre des représentants par 25 voix contre 17, les démocrates votant tous pour et les républicains tous contre. La Chambre basse du Congrès, où les démocrates sont majoritaires,
Le ministère russe des Affaires étrangères n’a répondu que de manière évasive à nos questions. « Des spécialistes militaires de Russie sont envoyés dans le pays en stricte conformité avec le régime de sanctions décrété par le Conseil de sécurité des
Alors que des candidats à la vaccination prennent leur mal en patience dans le monde, l’affaire peut être expédiée en quelques minutes, gratuitement et sans rendez-vous, au poste de santé de Mbao et, semble-t-il, ailleurs au Sénégal. Pourtant, la pop

En direct

Suivez en direct l'actualité



Laisser un commentaire